RETOUR AU MENU PRINCIPAL

RETOUR A LA PAGE SANTE

 

 

 

 

Entre Jura et lac Léman…

Divonne-les-Bains, station de la détente


Située au pied du massif jurassien et à quelques kilomètres de Genève,

                             la station thermale du pays de Gex offre de réelles possibilités thérapeutiques à tous ceux qui souffrent de stress, d’angoisse et de surmenage.


Visite guidée.

 

lac divonne

lac de Divonne les Bains

 

Elle est sportive, athlétique, sans complexe, cadre dans une entreprise privée. Au fil des années ses responsabilités s’accroissent. Elle fait une brillante carrière et ses nombreuses capacités font retomber sur ses épaules, les soucis et les difficultés de responsables moins efficaces qui gravitent dans sa sphère. Peu à peu son sommeil s’amenuise. A cinquante-cinq ans, elle ne dort plus que quatre à cinq heures par nuit, malgré l’usage de tranquillisants et de somnifères. Elle devient irritable, coléreuse, impatiente, autoritaire, réprimande sans raison ses collaborateurs et, finalement, claque la porte de son patron à la suite d’une discussion orageuse.
Traumatisée, elle arrive à Divonne-les-Bains pour effectuer une cure thermale. Le traitement hydro-psychothérapique ne tarde pas à produire ses effets bénéfiques. Notre héroïne s’apaise, refait du sport quotidiennement (équitation, natation, bicyclette), diminue progressivement ses doses de tranquillisants et gagne finalement trois heures de sommeil par nuit. Heureuse à l’idée de reprendre ses occupations, au moment où elle quitte Divonne elle ne  prend plus le moindre médicament depuis plusieurs jours…
Ce cas, consigné dans les archives de l’établissement thermal, constitue l’une des nombreuses manifestations de troubles nerveux avec insomnie résolues positivement à Divonne-les-Bains.
Plus globalement, bien que statistiquement difficiles à établir, les résultats enregistrés par l’établissement thermal, montrent néanmoins que 70 à 80 % des curistes retrouvent la sérénité, le sommeil et la libération médicamenteuse après un séjour à Divonne.


UNE STATION DANS UN NID DE VERDURE


Divonne se trouve dans le département de l’Ain, plus précisément dans le pays de Gex, à 19 km au nord de Genève et à quelques encablures du lac Léman. La station est implantée à une altitude moyenne de 500 m, dans un site protégé des courants froids descendant du col de la Faucille, par l’écran des hautes collines des monts Musy et Mourex, et des vents du nord par la barrière naturelle des monts du Jura, qui culminent entre 1400 et 1700 m.
La protection du relief montagneux est complétée par une protection forestière enveloppante (bois de châtaigniers, de hêtres, de chênes, de résineux, taillis de noisetiers, etc.), qui couvre les pentes de la montagne, envahit la plaine et enserre les agglomérations. Dispositif naturel antibruit, cet ensemble de verdure fournit, de surcroît, une réserve d’air pur constamment déversée sur la plaine par les brises descendant de la montagne.
Particularité intéressante : cet air pur est imprégné d’une ionisation négative dont la science médicale a mis en évidence les effets bénéfiques sur la santé, Et, bien qu’on ne connaisse pas précisément l’origine de l’ionisation négative constatée à Divonne, cela explique en partie le caractère sédatif, reposant, apaisant de la station. La crénothérapie aidant, c’est ainsi que le traitement des affections psychosomatiques est devenu une spécialité de la cité du pays de Gex.
Au niveau de l’établissement thermal, l’éventail des troubles traités est large et les traitements proposés sont nombreux : les techniques de cures sont multiples, complémentaires, personnalisées en fonction de l’état de santé de chacun.


QUE SOIGNE-T-ON A DIVONNE ?


Principalement, l’ensemble des manifestations liées au stress engendré par le mode de vie trépidant des occidentaux : fatigue, surmenage, nervosité, irritabilité, insomnie, abus de tranquillisants, hypnotiques ou antidépresseurs.
Les états névrotiques : angoisse, anxiété, état dépressif, psychasthénie, obsessions, phobies. Egalement la spasmophilie, la fibromyalgie et les troubles nerveux de la ménopause.
Les états de convalescence nécessitant repos et détente sous direction médicale, tout en assurant si nécessaire une désintoxication médicamenteuse progressive.
Notons que la plupart des soins thermaux sont dispensés à l’aide des eaux de la source Morel, captées par forage à 124 mètres de profondeur. Bicarbonatées, calciques, magnésiennes et oligométalliques, ces eaux contiennent une quantité non négligeable de fluor et surtout de magnésium qui ont un effet calmant et équilibrant sur l’organisme.
Les techniques de cure comprennent notamment : douche au jet ou douche médicale qui produit un effet soit tonique, soit sédatif. Bain individuel avec aérobain, douche en immersion ou douche sous-marine. Massage sous l’eau pratiqué par un kinésithérapeute ou bain hydromassant en piscine. A cela s’ajoute généralement une cure de boisson d’eau minérale.
La cure classique sous contrôle médical de 3 semaines (18 jours de soins) est agréée par la Sécurité Sociale. Il est possible également d’effectuer une cure de 6 à 12 jours de soins mais ce type de prestation est à la charge du curiste.
Et si la saison thermale à Divonne se déroule généralement de mi-mars à mi-novembre, l’accès à son Espace Détente Plus est possible toute l’année, sauf pendant les 2 premières semaines de janvier. Cet Espace est ouvert aux curistes et aux non curistes et privilégie la Remise en forme moyennant le paiement de prestations spécifiques (non prises en compte dans le forfait de cure). En ce lieu, selon les options choisies, chacun peut avoir accès à la piscine, jacuzzi, sauna, hammam, spa et solarium ou encore au cours collectifs d’aquagym et de fitness.

 

UN AIR PUR, SEDATIF ET HUMIDE


Grâce à son exposition au sud-est, Divonne-les-Bains bénéficie d’un ensoleillement moyen annuel non négligeable : 1900/2000 heures par an (Strasbourg 1700 h, Genève 2000 h, Bagnères - de - Bigorre 1900/2000 h).
Selon les recherches climatiques effectuées à Divonne, les écarts de température observés dans la station sont relativement importants, quoique atténués par l’influence adoucissante et régulatrice du lac Léman et de ses eaux profondes. En hiver, le thermomètre oscille autour de 0°C, avec des gelées fréquentes. En été, la température moyenne se situe aux alentours de 18°C, avec des maxima qui ne dépassent guère 25°C.
Avec 1000/1100 mm de pluviosité annuelle répartie sur environ 160 jours, les précipitations sont assez importantes à Divonne, sans être supérieures à la moyenne enregistrée dans le département de l’Ain (1160 mm). Le maximum des précipitations se situe en hiver (décembre notamment) et le minimum en période estivale. Bien que le sol perméable permette l’écoulement des eaux de pluie, on observe au sein de la station une hygrométrie moyenne assez élevée, avoisinant 82% (Genève 75%, moyenne pour l’ensemble du territoire français 70%), qui s’explique à la fois par la proximité du lac Léman et par une implantation forestière importante, jouant le rôle de fixateur d’eau. Aussi, en dehors de la période estivale, Divonne n’est pas le lieu de villégiature idéal pour les individus souffrant d’une affection rhumatismale (arthrite, arthrose, etc.) ou des voies respiratoires (asthme, bronchopathie, emphysème, rhinite, sinusite, etc.)

Michel BALLAIS

 

Pour toute information complémentaire consulter le site :
www.valvital.fr/stations-thermales/divonne-les-bains/affections-psychosomatiques.html

retour