RETOUR AU MENU PRINCIPAL

RETOUR A LA PAGE SANTE

TOUT SUR LA MARTINIQUE

Encyclopédie Wikipedia

 

 

 

 

Voyages et santé

ESCALES A L’ILE AUX FLEURS


Appelée aussi "l´Île aux fleurs", la Martinique présente une diversité climatique peu commune.

Egalement une grande diversité de sites naturels, propre à satisfaire le plus grand nombre.

Visite guidée.

 

carte martinique

 

Ce sont nos amis guadeloupéens qui ont préparé notre voyage vers la Martinique. Un voyage original, par mer, effectué à bord d’un cargo, un bananier pour être plus précis, allant de Pointe–à–Pitre à Fort–de–France (environ 200 km). Voyage de nuit, peu coûteux, sans confort mais qui satisfait notre goût pour l’inhabituel pendant les vacances d’été.

Au petit matin, Robert et Thomas – deux amis martiniquais – sont là pour nous accueillir à l´arrivée du cargo à Fort-de-France. L´un d´eux, nous conduit en voiture de l´autre côté de l´île. A Dominante, près de Marigot, où nous allons résider pendant une semaine et bénéficier de l´alizé, un vent marin qui souffle presque toute l´année en ces lieux. Un vent vivifiant, bien venu, qui rafraîchit agréablement l´atmosphère en ce mois de juillet chaud et humide. Petit inconvénient : les puissantes vagues de l´Atlantique empêchent les estivants de se baigner pratiquement sur toute la côte située au nord-est de la Martinique (baignade interdite entre Sainte-Marie et Grand Rivière).
Quelques années plus tard, en saison sèche, nous faisons une nouvelle escale à l´île aux fleurs. Cette fois-ci, nous résidons du côté mer des Caraïbes, sur les hauteurs de Fort-de-France : lieux verdoyants et fleuris, calmes et favorisant un sommeil réparateur, à l´écart de l´atmosphère surchauffée et polluée de la grande cité martiniquaise. Nous effectuons également un court séjour à l´intérieur des terres (Saint-Joseph) puis dans le sud touristique (Le Marin, Sainte-Anne)
Ce second voyage m´a permis de m´informer davantage et d´apprécier, sur le terrain, la richesse climatique de la Martinique.

APRES L´ONDEE, LE SOLEIL REPARAIT…

L´île aux fleurs jouit d´un climat tropical maritime, chaud, humide et ensoleillé, dominé par l´influence des vents alizés (est-nord-est) qui soufflent plus de 300 jours par an et constituent un facteur de salubrité en atténuant sensiblement les effets de la chaleur et de l´humidité tropicales.
Les pluies sont réparties inégalement sur l´année : la saison sèche s´étend de décembre à fin mai, février-mars-avril étant les mois les moins arrosés de l´année. Pendant ces trois mois, il pleuvra très peu sur les zones côtières du sud de l´île, un peu plus sur les zones côtières côté mer des Caraïbes et bien davantage sur la côte “ au vent ” du nord-est (220 à 260 jours de pluie par an).
A l´intérieur des terres, les précipitations sont plus abondantes sans excès, sauf dans la partie nord de l´île où le relief montagneux, fixant les nuages, enregistre de fortes précipitations presque tout au long de l´année (Montagne Pelée 10 000 mm/345 jours, Font-Saint-Denis 4 700 mm/310 jours, Morne Rouge 4 000 mm/245 jours).
La saison des pluies ou saison chaude s´étend de juin à fin novembre, septembre- octobre-novembre étant les mois les plus arrosés. Pendant ces trois mois, l´alternance persistante et rapprochée entre les temps de pluie et les temps de soleil produit une atmosphère chaude fortement humide, un temps lourd qui peut ne pas convenir à tout le monde, même dans le sud de l´île où ce mal-être climatique est toutefois moins fréquemment observé. C´est aussi la période des tempêtes tropicales (septembre notamment) même si la Martinique est, le plus souvent, épargnée par les cyclones. En résumé : septembre-octobre-novembre ne sont pas les mois les plus propices pour effectuer un séjour sur l´île aux fleurs.
A cause d´une nébulosité marquée, provoquée par une évaporation intense, elle-même consécutive à une température moyenne élevée (25 à 26°C au niveau de la mer, avec des écarts de l´ordre de 5°C entre le mois le plus froid et le mois le plus chaud), l´ensoleillement moyen annuel de la Martinique ne dépasse pas 2800-2900 heures (Paris-Montsouris 1900 h, Ajaccio 2800 h). Les jours où le soleil ne brille pas du tout sont peu nombreux (74 jours/an à Fort-de-France…et encore moins en allant vers le sud de l´île aux fleurs).

 

martinique plage montagne Pelée

A CHACUN SON CLIMAT

Montagneuse et très humide, la région nord de la Martinique ne convient généralement ni aux rhumatisants (arthritiques, arthrosiques, etc.), ni aux individus atteints d´une affection chronique des voies respiratoires (asthme, bronchite, dilatation des bronches, emphysème, rhinite, sinusite, etc.) qui devraient plutôt se réfugier dans le sud (Sainte-Anne, Le Marin, Sainte Luce, Le Diamant, Les Anses d´Arlets, etc.) ou sur la côte ouest ( Bellefontaine, Le Carbet, Saint-Pierre, etc.), non loin du bord de mer. Ils éviteront ainsi les écarts de température et d´humidité assez importants constatés en altitude. Les anémiques, asthéniques, surmenés, convalescents et tous ceux qui ont besoin d´être stimulés (insuffisance endocrinienne notamment) chercheront un lieu de séjour sur la côte est dite “ côte au vent ”. Cette région met à la disposition des vacanciers et des touristes, du nord au sud, de Grand Rivière (air marin très stimulant) au Vauclin (air marin tonique), une gamme de stimulations “ à la carte ” pouvant convenir à chacun.
Station climatique de moyenne altitude, “ la petite Suisse ” du Morne-Vert est un lieu de refuge agréable et tempéré pour ceux et celles qui supportent difficilement l´atmosphère chaude et humide du littoral, de la plaine ou des collines peu élevées. En plus du Morne-Vert, l´ile aux fleurs recèle un grand nombre de “ mornes ” (hautes collines ou petites montagnes arrondies) bien aérés et susceptibles d´apporter un sommeil réparateur à ceux qui ont besoin d´une température relativement moins élevée, pour trouver le repos.
Hypernerveux et insomniaques éviteront la côte est, trop ventée Il en sera de même pour les personnes souffrant d´hyperthyroïdie ou d´hyperfolliculinie (ménopause troublée notamment), pour lesquelles les rivages marins (air iodé, ionisation positive) sont presque toujours déconseillés. Cardiaques, hypertendus et dépressifs se méfieront également des rives marines, le plus souvent nanties d´une ionisation positive pouvant aggraver leur état de santé : en séjournant à quelques centaines de mètres (1 à 2 km si nécessaire) du bord de mer immédiat, ils se mettront à l´abri de l´excitation nerveuse et de la sensation d´oppression ou d´angoisse générées par la présence, dans l´air, d´une grande quantité d´ions électriques chargés positivement.
INFOS SANTE
Avant d´effectuer un séjour à la Martinique, il convient de s´informer et de prendre quelques précautions en vue d´éviter divers désagréments de santé dès l´arrivée sur l´île.

 

Michel BALLAIS

retour