RETOUR AU MENU PRINCIPAL

RETOUR A LA PAGE SANTE

 

 

 « Un cœur joyeux est un bon remède… » (La Bible)

 

 

Le rire du mainate

 

Anti stress, remède à la morosité, à l’anxiété

et à beaucoup d’autres maux, le rire est un médicament

à la portée de tous et… sans contre-indication,

quand il ne dégénère pas systématiquement en fou rire.

Explications.

 

 

mainate

 

    Parc zoologique près d’Odense (Danemark). Juillet 1986.

 

Sous la conduite de Vibeke, jeune danoise au sourire doux et mélancolique, nous quittons la région de Copenhague en ferry-boat pour gagner la Fionie, île natale du célèbre Hans Christian Andersen (conteur, nouvelliste, poète, romancier).

 

Après une longue halte au très attrayant pays des legos (Legoland), nous nous dirigeons vers un petit parc zoologique situé au sud de la ville d’Odense. Visite sans grand intérêt jusqu’au moment où nous pénétrons dans le pavillon réservé aux oiseaux. Dans la dernière salle visitable, un mainate, au mieux de sa forme, fait son numéro. Tout y passe en ordre dispersé : sifflements doux, rauques ou stridents, imitations de sonneries (dring-dring) et de bruits divers, répétitions de mots ou d’onomatopées, etc. Le mainate ne tient pas en place, virevolte avec aisance aux quatre coins de sa cage, multiplie les imitations qui déclenchent le rire parmi les nombreux visiteurs amusés et captivés par la maestria de l’oiseau.

 

Arrivée un peu après nous, une visiteuse âgée et corpulente se met à rire, elle aussi. Son rire, original et sonore, stoppe net le mainate dans sa prestation. Apparemment, l’oiseau hésite. Il sautille silencieusement sur place pendant quelques secondes. Puis, redressant subitement  la tête, il se met à imiter parfaitement le rire qu’il vient d’entendre pour la première fois, en se dandinant de façon cocasse !

 

Cette ultime facétie de l’oiseau noir aux caroncules jaunes déclenche un énorme éclat de rire, une hilarité générale bienfaisante, de nature à mettre chacun de bonne humeur pour un long moment…

 

UN DROLE D’OISEAU

 

Originaire de l’Asie tropicale (Inde, Myanmar, Thaïlande, Chine du sud, Bornéo, Java, Sri Lanka, Sumatra etc.), le mainate – gracula religiosa – est encore vénéré dans certains temples hindous.

Il a conquis la planète tout entière en quelques décennies, grâce à sa capacité d’imiter la voix humaine, divers bruits familiers, de mémoriser également quelques brèves mélodies. On reconnaît généralement qu’il répète les mots de façon plus claire et distincte que  les perroquets. Il apprend facilement à parler si l’apprentissage commence dès son jeune âge. Il est capable de siffler des airs de musique, d’imiter le cri de nombreux oiseaux, de miauler comme un chat ou de bêler comme un mouton, d’éternuer ou de rire comme un être humain. Il est capable de mémoriser et de répéter un grand nombre de mots et d’expressions courtes (1)

 

Sa capacité d’imitation est telle qu’il chantera faux si la personne qui s’occupe de lui chante faux. Nous avons gardé à la maison un mainate pendant quelques semaines pour dépanner un collègue de travail. En vue de tester la capacité d’imitation de l’oiseau, je me suis mis à siffler un petit air. A siffler faux sciemment. Au bout de quelques jours, le mainate sifflait ce petit air exactement comme moi (aussi faux)…

 

Le mainate, oiseau de compagnie ?

 

Sociable de nature, il s’apprivoise facilement et devient vite familier avec son entourage quand il est traité convenablement et évolue dans une cage suffisamment spacieuse pour faire de l’exercice : à sa manière, il aime jouer « aux quatre coins » en volant d’un point à un autre. De plus, le mainate est un adepte de la propreté corporelle. Un adepte du bain quotidien, élément indispensable pour sa santé et la beauté de son plumage : il se baigne avec entrain, éclaboussant tout ce qui se trouve à proximité. Etant donné qu’il mange aussi avec entrain, il a tendance à éparpiller également sa nourriture autour de lui !

 

Oiseau dynamique, curieux, drôle, parfois surprenant, le mainate n’engendre ni la morosité, ni la mélancolie : il fait rire et sourire tous ceux et celles qui s ‘approchent de lui…

 

UN REMEDE NATUREL

 

Si le rire « est le propre de l’homme », la manifestation la plus éloquente de la bonne humeur et de la joie de vivre, il est également l’un des meilleurs remèdes naturels que bon nombre de médecins, psychiatres et psychologues prennent désormais en considération au même titre que le repos et l’exercice physique, pour jouir d’une vie saine et équilibrée.

 

En effet, outre le plaisir qu’il procure, le rire déclenche ou accélère divers mécanismes essentiels au niveau musculaire, circulatoire, respiratoire. Il exerce une influence bénéfique sur le système nerveux, le psychisme et la production hormonale. Une soirée détente, passée à rire ou à regarder un film hilarant sont d’excellents alliés du sommeil, vivement conseillés aux insomniaques. Le rire facilite aussi la digestion, le transit intestinal et l’excrétion urinaire.

 

Quand nous rions, une véritable onde de choc se produit et se transmet de muscle en muscle en augmentant d’intensité. Un massage facial et abdominal s’opère, le cou libère ses tensions et le dos ses contractures. Les battements du cœur s’accélèrent, les artères se dilatent et les poumons respirent à plein régime. Cette « gymnastique » respiratoire apporte davantage d’oxygène à l’organisme (oxygène = aliment numéro un de la cellule nerveuse et du cerveau), diminue les effets négatifs du stress, de la déprime et de l’anxiété. Une gymnastique respiratoire dont peuvent tirer profit même les individus ne souffrant pas trop gravement d’asthme, de dilatation des bronches ou bronchectasies, de bronchite chronique voire d’emphysème. (2)

 

En même temps, la production de nombreuses hormones est stimulée, entre autres celle des catécholamines (adrénaline, dopamine, etc.) ou hormones de l’éveil, celle des sérotonines ou hormones du sommeil, sans oublier celle des précieuses endorphines qui ont pour « mission » d’atténuer les douleurs, notamment les douleurs musculaires générées par l’excès de stress.

 

UN ANTI - STRESS EFFICACE

 

Le 11 mai 1986, après 63 jours de marche harassante sur la banquise, le docteur Jean-Louis Etienne arrive au pôle Nord. Le marcheur solitaire a atteint son objectif, réalisé un exploit, mais il est épuisé physiquement, sur le point de craquer nerveusement. A l’évidence, son état de santé nécessite un éloignement aussi rapide que possible de ce lieu désolé, lugubre, venté où règne un froid glacial.

 

Le Dr Etienne lance un appel au secours par radio…

 

A cause d’un épais brouillard persistant, il va devoir attendre près de 3 jours avant qu’un avion puisse se poser à proximité du pôle. Lorsque les sauveteurs parviennent auprès de l’explorateur, celui-ci…éclate de rire !

 

Plus tard, relatant ce moment crucial de son aventure polaire, le Dr. Etienne écrira : « Je m’amuse comme un fou, une incroyable tension est expulsée de ma tête et de mon corps grâce aux quintes de fou rire qui me secouent… » (3)

 

Dans un contexte moins dramatique, plus proche de ce que nous vivons dans les pays occidentaux, l’acteur Peter Falk (alias lieutenant Columbo) déclarait récemment : « Le rire me libère, me détend et me rend disponible… » Dans la plupart des cas, le rire et le fou rire dédramatisent les situations, diminuent la tension nerveuse et facilitent l’évacuation du stress. Toutefois notons que, même dans les meilleures choses, l’important c’est la dose.

 

Et, si le rire est nécessaire, en revanche, le fou rire peut être contre-indiqué, constituer un danger pour l’individu affaibli par l’âge et la maladie ou fragilisé par une intervention chirurgicale (abdomen, etc.) ou par une maladie à un stade avancé (hypertension, insuffisance cardiaque ou respiratoire grave).

 

PRATIQUER L’HYGIENE MENTALE

 

               A notre époque déboussolée où tout fait problème, où l’émotionnel l’emporte de plus en plus sur le bon sens, la raison et l’entendement, où la morosité ambiante débouche souvent sur la déprimante « bof attitude », chacun se doit de tout mettre en œuvre pour conserver ou améliorer son sens de l’humour, maintenir son humeur au beau fixe, fortifier son besoin- envie de rire et de sourire.

 

              C’est vital pour demeurer en bonne santé !

 

              Pour y parvenir au quotidien, il faut constamment et calmement dédramatiser, relativiser, positiver, ne pas focaliser son esprit sur l’aspect négatif des réalités de ce monde, voire se désintéresser le plus possible des contingences subalternes, des propos déplacés ou incohérents, des faux bruits ou des accusations sans fondements, des faux problèmes, des questions oiseuses, des polémiques ou querelles inutiles, des informations ou lectures déprimantes, des musiques assourdissantes, des films et spectacles morbides ou dégradants, etc.etc. Autrement dit : pratiquer l’hygiène mentale, à titre préventif, en vue d’acquérir et de manifester un état d’esprit lucide, constructif, paisible et joyeux. En toutes circonstances…

 

                                                                                            Michel BALLAIS

 

 

 

  1. www.oiseauxparleurs.org
  2. Crise d’asthme lors de fous rires : www.forum.doctissimo.fr/santé/asthme-bronchite

(3)Le marcheur du pôle. Editions Robert Laffont (1986)